Quarantaine Jour 56

Bon çà y est, j’ai été exfiltrée.

Pour préserver la sécurité de tous, je garderai l’anonymat de mes complices.

M. a réussi à identifier D., un agent sur le terrain qui a émis une fausse attestation de travail en cas de contrôle et a pu assurer le transfert vers une planque dans le 09.

Malotru n’a qu’à bien se tenir.



Donc me voilà…en Ariège. Ben oui parce que si on veut se mettre au vert dans ce pays, y a pas mieux. Même le Corona n’est sûrement pas arrivé jusqu’ici. Et non l’Ariège, c’est pas l’Ardèche. On révise sa géographie.



Je rappelle qu’après des décennies de Terre Courage (d’y rester?), on s’est doté d’un nouveau slogan…. Je vous le donne en mille, Émile… « Libres comme l’air ! »

Et oui… C’est pas beau, çà… Et puis c'est d'actualité... Donc je fais du tracteur...



L’Ariège est souvent dans Closer pour des faits divers sympathiques, ses ours, ou des légendes urbaines de consanguinité…

Mais en vrai, le confinement, on connaissait çà depuis des lustres…


On avait déjà du stand up et des hymnes officiels...

Voire une chaine youtube aux témoignages émouvants...


Un vrai petit paradis...


Bon, j’ai quand même réussi à m'exiler dans la plaque tournante du djihadisme… On se refait pas…

Il y a donc quatre fichés S pour 600 habitants à Artigat : record de France absolu. Un autre record : celui des habitués de ce bourg à se retrouver en Syrie.

Je sais pas ce que j’ai moi avec les musulmans… :)



En vrai, cette semaine me réconcilie un peu avec un pays où j’ai connu l’ennui, découvert la solitude, expérimenté l’isolement.

Il fait beau, on repique des plantes et on mange au soleil, on fait du vélo dans les côteaux et on cuisine des gâteaux au chocolat. Globalement, le paradis du confinement. Etre avec des gens calmes et bienveillants dans une maison avec un grand jardin, c’est çà la vraie vie. C’est sûr que quand personne te gueule dessus, t’es quand même moins stressée…

Etonnée d'ailleurs par la ressemblance de notre histoire avec celle de Delphine de Vigan.


Un livre à écrire? Un film à tourner?


Non sérieusement, vivre dans des cages en lapin en béton tout seul, c’est pas humain. Le consulat français à Barcelone me dit qu’a priori comme résidente, je devrais pouvoir passer la frontière, quand il y aura des trains un jour.

Alors pourquoi ne pas louer une baraque pour quelques mois et puis passer l’été ensemble? Dites-moi si vous êtes preneurs…


En attendant, la vie suit son cours, je fais des calls inutiles avec le boulot, j’organise des interviews avec des nanas sympas dans le monde.

Je m’ennuie. Comme il y a 30 ans. J’attends. Demain on déconfine soi-disant. Bon globalement, on peut aller à 100 kms pas plus. Pas la fête non plus.

En France, la colère monte…

Deux enquêtes de Mediapart et de Libération, ont récemment mis à jour une série d’erreurs ayant abouti à la pénurie de masques que l’on a connu. Si la doctrine scientifique recommande qu’un pays constitue un stock de masques utilisables massivement et rapidement en cas d’épidémie, comment la France s’est-elle retrouvée à poil en mars et avril 2020 ? Personne en particulier n’a levé la main un jour en disant “les masques, c’est fini, balek les épidémies”, c’est une chaîne de décisions défaillantes qui aurait mené à cet échec collectif. On détricote.



Vincent Lindon publie une vidéo accablante. Mediapart prétend que le «monde d’après» sera altermondialiste ou ne sera pas. Sciences Po nous invite à nous demander où on va atterrir.



INDEED.


Un jour, promis, on se reverra, on fera la fête ensemble, on s'amusera, on fera même l'amour peut-être qui sait?



Allez bon déconfinement! Prenez soin de vous!



RECENT POSTS:
SEARCH BY TAGS:
No tags yet.
  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round